« Le temps des erreurs »

choukri.gif

« L’écriture  et la lecture sont devenues pour moi
une véritable obsession qui me hante aussi bien dans le sommeil le
plus profond qu’éveillé…Quand je n’ai pas de quoi m’acheter un
cahier,je copie mes leçons sur des bouts de papiers trouvés par
terre.. j’écris autour des tâches d’huile sur lesquelles l’encre ne
tient pas. »

dans « Le temps des
erreurs
« 

Mohamed
Choukri(1935-2003)

chok.jpg

Dans
Le Pain nu, livre devenu culte, révélé en France
par la traduction de Tahar Ben Jelloun, Mohamed Choukri racontait
son enfance faite de violence et de misère, de solitude et de
cruauté.

Deuxième volet de son autobiographie, Le Temps
des erreurs
commence à l’âge de la puberté, quand naît la
conscience que la liberté passe par la connaissance et le savoir. A
vingt ans passés, l’auteur décide d’apprendre à lire, écrire,
compter, et espère s’extraire de sa condition d’exclu et de
marginal.

Il
finit par être admis à l’école des Instituteurs. Mais malgré sa
réussite scolaire, entre Larache et Tanger, c’est toujours la rue
et les bas-fonds, les prostituées et les bars, les petits boulots
en tout genre qu’il retrouve.


A travers ses errances pour devenir un homme libre, la lecture, la
découverte de la littérature, l’écriture s’imposent et façonnent
l’écrivain que Mohamed Choukri rêvait d’être.